27/12 – Valparaiso : que des couleurs ! ( à mon frère Jean Michel )

A Punta Arenas, après un 24/12 tranquille, très tranquille, trop tranquille…….( mais on ne peut tout avoir, n’est-ce pas; faire le tour du monde et être près des enfants) un vol avion jour de Noël nous ramène à Santiago. Ce vol avec un temps merveilleux nous fait survoler  et voir une partie du Chili et ses glaciers. Encore une idée de voyage pour une autre fois. Nous faisons escale à Santiago 1 jour, car notre destination est Valparaiso à environ 200kms au NE. Nous retrouvons Santiago avec grand plaisir, car il fait enfin chaud et beau. C’est le début de l’été. Depuis quelques semaines nous nous étions habitués avec les frimas de la Patagonie, il nous faut rapidement ranger nos petites laines ou du moins ce qu’il en reste; car nous avons fait un envoi en France de nos sacs de couchage et grosse laine polaire. normalement nous ne devrions plus en avoir besoin. Nous avons conservé nos grosses chaussures de rando mais déjà la question se pose de les renvoyer aussi….

Dans les rues de Santiago nous rencontrons un couple avec 2 enfants, la famille Eboué, qui fait également le tour du monde et qui cherche hébergement et restaurant. Nous nous retrouverons dans le même hôtel et passerons une agréable soirée en leur compagnie. Nous essaierons encore à 2 reprises de visiter le palais de La Monedad qui vit la fin de Salvador Allende. hélas nous nous heurtons toujours à la même interdiction. Déçus. Je ne sais pourquoi nous mettons tant d’insistance à voir ce palais. Peut-être le souvenir de nos protestations dans les années 70 contre la dictature du général Pinochet. Et puis, en bus, direction Valparaiso.

DSC04637 Immédiatement nous sommes séduits par cette ville de 280 000 habitants. Fondée au XVIème siècle pour être le port de Santiago, cette ville eut son heure de gloire avant la construction du canal de Panama. En effet les bateaux venant d’Europe étaient obligés de doubler le Cap Horn et plus tard le détroit de Magellan; ils faisaient escale à Valpo ( c’est ainsi qu’on la nomme).C’est aussi la ville qui a vu naitre Allende.

DSC04599 Nous sommes séduits par les couleurs des maisons. Ici aussi les habitants ont utilisé les restes de peinture des bateaux et ont ensuite continué à peindre leur maison avec des couleurs vives. Je dois à la vérité que cette séduction s’exerce sur moi; cette ville me rappelle Alger, ma ville natale. En effet, comme Alger, Valpo est nichée sur le côté d’une rade de 20km, posée dans une écrin. la partie plane qui longe le port fait environ 400 mètres, et ensuite les collines ( les Cerro) sur lesquelles serpentent les rues  sur des pentes abruptes.

DSC04629

Pour y accéder un ensemble d’ascenseurs se hissent en grinçant. On devine que sur les parties les plus hautes les habitations font place à des bidonvilles.

Circuler dans les Cerros, c’est emprunter de véritables labyrinthes de rues escarpées. Valpo c’est la couleur, des maisons mais aussi des murs. Certes les Tags y ont leur place ( ce n’est pas ma tasse de thé!). mais le Cerro Bellavista ( où se trouve notre logement) abrite un musée à ciel ouvert constitué de fresques murales réalisées par des artistes venus du monde entier.

DSC04613 DSC04639

Bref cette ville au charme bohème n’a pas cessé de nous surprendre. Que dire de ces vieux trolleybus que nous utilisons pour nous déplacer, encore un retour en arrière à Alger avec ses trolleys des années 50….

DSC04620 P1000795

31/12 – Jour de Gloire pour Valparaiso

Si nous sommes à Valparaiso pour ce 31/12, c’est qu’un chilien, rencontré en octobre en Argentine nous a vivement recommandé sa ville natale (merci à toi Gonsalo. encore une rencontre extraordinaire avec des gens ordinaires!) Et particulièrement pour le feu d’artifice tiré à cette occasion. Nous avions prévu de faire un bon petit resto  ce soir-là; mais sur les conseils d’un français établi ici, nous y renonçons, car les prix sont multipliés par 4. En effet tout le Chili se retrouve ici pour une nuit de fiesta. Il n’y a plus d’hébergement disponible.

Donc à minuit nous montons sur la terrasse de l’immeuble qui nous héberge, bouteille de champagne ( pardon vin mousseux car le champagne  importé est hors de prix ). Bill américain locataire de la terrasse nous y autorise. Nous y rencontrons Gisèle, une  chilienne dramaturge – dont les pièces ont été jouées en breton devant un public guatémaltèque !!! – et sa copine Patricia, une bretonne de “Brest même”. Minuit. Les bateaux ancrés dans la rade font hurler leur sirènes pendant quelques minutes. Le temps de se souhaiter la bonne année et commence le plus grand feu d’artifice du monde; cela durera 35 minutes. Ce n’est pas un feu mais 9 feux tirés simultanément d’embarcations amarrées dans la rade. C’est un festival de couleurs et de lumières. Certes, ce ne sont que des feux d’artifice mais ce qui en fait la différence c’est l’ampleur. A chaque tir la rade s’éclaire comme si le jour nous faisait des flashs. On entend monter les clameurs des habitants qui se sont réunis près du port. Bien sûr on voudrait que la gerbe finale ne s’arrête jamais. Grandiose! Le lendemain nous rencontrons quelques “égarés” qui n’en finissent pas de faire la fête et qui nous souhaitent “Feliz ano nuevo!” Bien sûr nous souhaitons à tous ceux qui lisent notre blog une bonne année de projets et voyages.

Le 3 janvier, nous changeons de domicile pour le Cerro Conception,certainement le plus beau. Nous trouvons une auberge dans une impasse fleurie qui porte le nom de Pierre Loti au n°51. Nous y trouvons amabilité, chaleur,une chambre avec balcon donnant sur la rade. On va avoir du mal à se tirer de là ! A cela s’ajoute les rencontres avec Jordan et Mathieu, 2 jeunes bretons qui vont errer 6 mois en Amérique du Sud, et un couple d’autrichiens Martin et Elfi en tour du monde.

DSC04656 avec Jordan et Mathieu

Nous prendrons le temps de visiter à Isla Negra la 2ème demeure de Pablo Neruda, aujourd’hui musée avec tout ce qu’il a pu collectionner. A cette occasion nous irons sur la plage dominée par cette maison. Devant nous le Pacifique et ses rouleaux. Cet océan me laisse une impression de force. On ne peut l’envisager sans la houle et les rouleaux, on ne peut l’envisager venir tranquillement caresser le sable de la plage. C’est un truc énorme, qui nous défie et nous met en garde au cas où nous serions tentés de l’affronter.

DSC04685 DSC04673

Nous quittons Valparaiso – après 9 jours d’émerveillement – en sachant que c’est la dernière ville importante qui va clôturer 5 mois d’errance et de bonheur en Amérique du Sud.

5/12 Horcon le petit port

Avant de quitter définitivement le sol de ce continent, nous nous offrons quelques jours à 80kms au nord dans un petit port de pêche. Un avant goût de ce qui nous attend. Nous avons trouvé une auberge avec une chambre simple avec terrasse qui donne sur le port. Et le temps est avec nous, bien que frais. L’eau est à 15° ou 16°. Le propriétaire de l’auberge, Alejandro, un chilien ayant travaillé quelques années en France, personnage haut en couleur et faconde toute méridionale nous prépare parilla (grillade de viande) que nous partagerons avec les autres pensionnaires: Jacqueline et Charles et le couple d’autrichiens, rencontrés à Valpo, venus nous rejoindre. Dans l’après midi nous avons entendu un grand bruit sourd et la maison s’est mise à bouger, cela n’a duré que 3 ou 4 secondes. Alejandro nous dit que nous venons d’avoir un petit tremblement de terre ………Allez! pas de panique!!!! Ce n’était pas un “terramoto”

P1000841 DSC04709

Nous assistons le matin à l’arrivée des bateaux de pêche tirés par des chevaux pour les sortir de l’eau.  Les pêcheurs retirent de leurs filets des merlus, des maquereaux, plus loin ce sont des crabes; Cela me donne envie de me mettre aux fourneaux et préparer une petite sauce au beurre blanc……… Nous achetons des gros maquereaux que nous fera griller Alejandro. Ce petit port est vraiment ce que l’on adore à la mer.

Voilà nôtre séjour en Amérique du sud se termine. Nous ne ferons pas de bilan; D’ailleurs y en a-t-il un ? Mais nous sommes sûrs que lorsque samedi 9/12 l’avion décollera nous regarderons ce sol qui nous a si bien accueilli avec un peu de nostalgie. Cet avion nous emmènera vers d’autres lieux nous proposant d’autres rencontres, d’autres richesses. Nous sommes preneurs.

Bernard

5 554 réponses à “27/12 – Valparaiso : que des couleurs ! ( à mon frère Jean Michel )”

  1. Cooper dit :

    Thanks for your curiosity in Investment Recommendation.

  2. tinyurl.com dit :

    Now it’s time to decide your particular investments.

  3. Alec Tix dit :

    Beneficial writing! A lot more webmasters had the main perusing. I hope to share a great deal more of your stuff. In my opinion , you might fantastic awareness together with idea. My business is really galvanized this particular resources.

  4. tinyurl.com dit :

    Traders do pay direct and indirect costs.

Laisser un commentaire